Une reproduction contrôlée

La reproduction des Maine Coons et Savannahs de notre élevage fait l’objet d’une attention toute particulière. De la sélection de nos reproducteurs jusqu’aux soins portés aux nouveaux chatons, tout en passant par la mise bas, nous nous efforçons d’être intransigeants sur toutes ces étapes qui font de notre politique de reproduction un élément clé de notre travail d’éleveur.

Élevage et législation

A partir du moment où au moins deux portées naissent dans l’année, le propriétaire d’un élevage doit d’une part, se déclarer auprès de la direction des services vétérinaires (DDSV) de son département, et d’autre part, faire une déclaration de début d’activité à la préfecture. Celle-ci lui attribuera un numéro de SIRET et transmettra les renseignements à la Mutualité Sociale Agricole (MSA) et au centre des impôts.

L’éleveur doit obligatoirement passer un Certificat de Capacité, qui est payant. Il consiste en un questionnaire auquel il faut répondre. Une formation au métier d’éleveur Félin est proposée par le LOOF, le CCAD anciennement CETAC.

Vous trouverez plus d’informations sur le Certificat de Capacité sur la page dediée du LOOF.

La reproduction de nos chats

La sélection de nos chats

La sélection de nos reproducteurs est une phase importante du processus de reproduction que nous menons au sein de notre chatterie. Nos reproducteurs, Maine Coon comme Savannah, sont minutieusement sélectionnés, pour leurs qualités (comportement, gabarit, couleur, etc.) et leur état de santé. Nous n’hésitons pas à nous rendre à l’autre bout du monde pour acquérir les meilleurs spécimens possible, qui viendront renforcer nos lignées au sein de la chatterie. Nos reproducteurs proviennent de Pologne, de République tchèque, de Russie, d’Italie, d’Allemagne, d’Angleterre voire même des État-Unis…

Sélection généalogique

Elle se fait par la connaissance de l’ascendant (parents, frères et sœurs). Cette étude se fait au moyen du pédigrée (arbre généalogique du chat de race).

Sélection génotypique

C’est la sélection sur la descendance. On juge de la qualité d’un reproducteur d’après ses descendants.

La consanguinité

La consanguinité en élevage est à la fois la pire et la meilleur des choses. Elle a pour effet de fixer les caractères et de faire ressortir rapidement toutes les particularités récessives, qu’elles soient bonnes ou mauvaises (la consanguinité ne crée pas les tares mais les met en évidence).

La consanguinité permet l’obtention des sujets exceptionnels, mais elle peut aussi aboutir à la perte d’une race en affaiblissant les individus. Une trop grande consanguinité donne des sujets de plus en plus homozygotes (organisme dont les 2 gènes d’un même locus sont identiques), et il semblerait que les homozygotes soient moins résistants que les hétérozygotes (organisme ayant 2 gènes différents pour un même locus sur les chromosomes de la paire).

Avant de songer à faire de la consanguinité, il faut comptabiliser les qualités et les défauts du géniteur sur lequel on veut faire la consanguinité. Si les qualités sont nettement supérieurs aux défauts, le mariage est envisageable.

Attention : la consanguinité doit être limitée afin d’éviter une baisse de la fertilité, de la taille des portées, de la résistance aux maladies des sujets produits.

Les groupes sanguins

Il existe trois groupes sanguins chez les chats : A, B et AB.

Le mariage des chats de groupe sanguin A avec ceux du groupe B peut aboutir à une mortalité natal. Si une femelle de groupe B a des chatons du groupe A, ceux-ci courent le risque d’être atteints d’une maladie hémolytique néonatal (MHN).

La gestation

Les 1er signes de gestation de la chatte apparaissent au 20eme jour de gestation : les mamelles rosissent (auparavant, elles étaient presque blanches).

La durée de gestation de la chatte est d’environs 65 jours (de 58 à 70 jours).

Il est préférable de surveiller la mise bas.

Nombre de chatons

L’échographie permet de s’assurer que la chatte est bien gestante. La radio en toute fin de gestation permet de compter les chatons (à partir de 40  jours de gestation).

Pour avoir une idée approximative du nombre de chatons, on peut également peser la chatte au vingtième jour de gestation, puis le soixante et unième jour. La différence entre ses deux poids en grammes, divisé par 250, donne une idée du nombre de bébés.

La mise bas

La mise bas est une étape importante du processus de reproduction et se doit d’être parfaitement préparée. Plusieurs jours avant la mise bas, la femelle doit être isolée au calme. Idéalement, la température de la pièce devrait être aux alentours de 22°C.

Le contrôle de la température rectale de la femelle peut permettre de prévoir la mise bas. Vers  61 jours, il faut prendre la température 2 fois par jours. Lorsque la température à baissé d’un degré cela signifie que le travail a commencé. Si cet acte est générateur de stress, on se passera de cette information.

 Prémices de la mise bas

La durée moyenne de gestation est de 65 jours après la saillie. Quand la portée est très nombreuse, la gestation tend à être plus courte.

Stade 1

Il s’agit du stade durant lequel le col de l’utérus va se dilater sous l’effet des contractions utérines. Sa durée varie de quelques heurs à 24 heures.

Stade 2 et 3

Les chatons sont mis bas au stade 2 et les placentas sont expulsés au stade 3.

La mise bas de la portée consiste en fait en la répétition des stades 2 et 3.

Il s’écoule généralement moins de 60 minutes entre les stades 2 et 3. Une femelle en travail actif pendant 2 heures sans mise bas doit être montrée d’urgence au vétérinaire.

Présentations

Les présentations avant (par le tête ~ 2/3 des naissances) et arrière (~ 1/3 des naissances), sont normales chez le chat. Un cas de figure plus délicat étant la présentation par la queue et le siège, les pattes arrière étant encore dans le vagin.

Rôle de l’éleveur

En tant qu’éleveur, nous sommes présents pour assister la femelle au cours de la mise bas. Nous nous assurerons que tous les placentas sont expulsés en entiers au fur et à mesure de la mise bas.

D’une manière générale, la femelle doit être surveillée, mais laissée le plus possible à elle même.

Couper le cordon ombilical

Chez le nouveau né, le cordon ombilical est la principale voie d’entrée des germes, surtout des bactéries. Si une infection survient, des abcès locaux peuvent apparaître.

Dans les cas graves, l’infection se propage à des organes internes comme le foie. L’issu est alors souvent fatale. L’hygiène de l’ombilic est donc un point cruciale pour le chaton.

Si la femelle ne coupe pas le cordon ou présente une dentition en mauvais état, l’éleveur doit couper le cordon. L’éleveur doit poser un clamp et un point à l’aide d’un fil chirurgicale propre.

Il est important de laisser au minimum un centimètre de cordon. Celui-ci tombera seul au bout de 5 à 8 jours.

Le sexage des chatons

En observant la région périnéale des chatons, deux orifices sont alors visibles : l’anus, proche de la queue, et l’orifice génital en dessous.

– Chez la femelle, la zone séparant l’anus de la vulve est très courte.

– Chez le mâle, la zone séparant anus et prépuce est plus longue que chez la femelle (1 cm environ).

Schemas de sexage des chatons  Photo de sexage des chatons

 

Gestes à faire au cour d’une mise bas normale

  • Dégager les chatons de leur enveloppe fœtale et couper le cordon (si la mère ne le fait pas)
  • Dégager les voies respiratoires encombrées du nouveau né
  • Sécher le nouveau né avec du papier absorbant
  • Désinfecter le cordon ombilicale Vérifier que les nouveaux nés tètent le colostrum
  • Vérifier la température et l’hygrométrie de la pièce
  • Peser les chatons matin et soir pour vérifier la prise de poids.

La croissance du chaton

Les chatons de race Maine Coon ont un poids de naissance allant de 70 gr (minimum observé) jusqu’à 195 gr (maximum observé). A la Chatterie Moonwalk nous observons des poids de naissance allant de 110 à 190 gr avec une moyenne de 135/140 gr.

Pour évaluer la croissance de ses chatons, l’éleveur peut utiliser :

  • Le poids et l’allure de la courbe de croissance
  • Le gain moyen quotidien (GMQ – différence entre le poids du jour et le poids de la veille)
  • Le gain hebdomadaire (GMH – différence entre le poids du jours et le poids de 7 jours auparavant, en grammes)

Comportement félin

Le comportement du chat adulte résulte de l’influence conjugué de la race, du comportement de sa mère (+ partiellement celui de son père) ainsi que de l’environnement dans lequel il a été élevé.

Le comportement de l’éleveur vis à vis de la portée a une importance primordiale.