Santé & soins

La santé de nos Maine Coons et de nos Savannahs est un point crucial sur lequel nous nous efforçons d’être irréprochable. Les chats et les chatons de la chatterie Moonwalk font l’objet d’une vigilance importante et d’un suivi permanent afin de leur garantir un état de santé optimal.

La santé, notre priorité

Tous nos chats sont nos compagnons et font partie de la famille. Nous sommes aux aguets de tout signe évocateur de petits « bobos » pour leur assurer une bonne santé. Toute anomalie, baisse de forme, manque d’appétit, etc, doit être pris au sérieux et faire l’objet d’une surveillance du chat.

Nos chats Maine coons reproducteurs sont testés  pour les maladies suivantes :

HCM , PKD, PKDef et  SMA par ADN

Par ailleurs, nos chats sont suivis très régulièrement par notre vétérinaire M. De Hillerin, ainsi qu’à la Clinique Saint Roch à La Rochelle.

St Roch

Nous portons un soin tout particulier à vérifier que les chats « entrant » dans la famille soient indemnes de toutes les pathologies connues spécifiques à la race, et ce sur plusieurs générations.

Comme ce soin ne suffit pas à écarter tout danger de HCM chez le Maine Coon, nous pratiquons  un contrôle par Échographie Doppler chez le spécialiste Gérard le Bobinnec.

Gerard Le Bobinnec, spécialiste en cardiologie animale.

Gerard Le Bobinnec, spécialiste en cardiologie animale.

Gérard le Bobinnec est diplômé de l’École Vétérinaire de Toulouse – promotion 1976. Il a obtenu son diplôme ECVIM en cardiologie en 1996. Il a été chargé de cours et des cliniques de cardiologie dans les Écoles Vétérinaires de Toulouse et de Nantes (1981-2005). Il exerce actuellement en clinique privée à Bordeaux.

Nos chats Maine coons reproducteurs sont testés  pour les maladies suivantes :

  • HCM 
  • PKD
  • PKDef
  • SMA

Tout nouveau chat reproducteur dans notre chatterie est contrôlée pour les maladies suivantes :

  • corona virus
  • herpes virus
  • calici virus
  • chlamydiose
  • FIV, FELV … 

NB: les contrôles régulier que nous effectuons  correspondent à  notre sérieux et ne représentent en aucun cas une garantie. (Nous conseillons aux éleveurs  qui adoptent un chat chez nous de continuer a faire ces tests en gage de leur sérieux).

A SAVOIR : Malgré certaines idées reçues, les chats de race ne sont pas plus malade que d’autres. En revanche, leurs pathologies sont connues et étudiées.

Les principaux virus

Voici la liste des principaux virus pouvant altérer la santé du chat :

FeLV : virus de la leucémie féline, encore appelé leucose du chat. Plus d’informations sur cette maladie sur la page de Wikipédia.

FIV : virus de l’immunodéficience féline, c’est le « SIDA » du chat. Ce virus cause le syndrome d’immunodéficience acquise du chat, une maladie virale grave, qui le rend vulnérable aux infections. Les chats errants sont plus touchés que les autres (environ 15% sont atteints). Ils peuvent se transmettre le virus par la salive, l’urine, les excréments, le sang ou toute autre sécrétion d’un chat infecté. Plus d’informations sur cette maladie sur la page Wikipédia.

– Le typhus félin est une maladie virale hautement contagieuse rencontrée partout dans le monde. Chez le chat, c’est la maladie la plus contagieuse et la plus grave. Elle se caractérise par une entérite causée par la destruction de la muqueuse intestinale et cliniquement par un abattement important , associés biologiquement à une baisse importante du nombre de cellules mononuclées du sang (d’où le nom de panleucopénie).

Herpes virus : Les symptômes sont essentiellement localisés aux yeux et aux voies respiratoires supérieures. Après une durée d’incubation comprise entre 2 et 10 jours, la maladie débute par une poussée de fièvre accompagnée d’une baisse modérée de l’appétit. Très rapidement suivent des écoulements importants au niveau du nez et des yeux, ces derniers présentant une conjonctivite de plus en plus importante. L’animal est sujet à de fréquentes quintes de toux et à des éternuements. Les écoulements, clairs au début, évoluent progressivement en écoulement muqueux devenant rapidement muco-purulents. Le chat mange de moins en moins et son état général s’affaiblit de plus en plus. La fièvre persiste. Peuvent s’ajouter des complications diverses telles une kératite (inflammation de la cornée) ulcéreuse, une pneumonie, des avortements ou de la mortinatalité.

– Le calicivirus félin, ou le FCV est l’une des deux infections respiratoires les plus importantes chez les chats, l’autre étant l’herpès virus. Le FCV peut être identifié chez environ 50 % des infections respiratoires félines. Le calicivirus félin se reproduit dans les tissus respiratoires et est dissimulé dans la salive, les matières fécales, l’urine, et les sécrétions respiratoires. Il peut être transmis par l’air, oralement. Les chats infectés excrètent le virus généralement pendant deux semaines. Après cette période, les malades soit n’excrètent plus jamais ce virus soit deviennent des porteurs sains (latents) et excrètent le virus de façon permanente ou intermittente. La co-infection avec une autre maladie, le plus souvent l’herpès virus félin ou immunodéficience félin, résulte en une maladie beaucoup plus grave.

Ces maladies n’atteignent aucune autre espèce animale et ne sont pas transmissibles à l’Homme.

Maladies du Savannah

Le Savannah est un chat rustique, demandant peu de soins particuliers.

Tous nos chats Savannah sont testés pour la PKDef. (Déficience en pyruvate Kinase)

N’ayant pas encore souffert d’une trop grande popularité, les lignées de Savannah ne sont pas trop consanguines. De ce fait, il n’apparaît pas pour le moment de problème de santé d’ordre génétique pour cette race. Seule la PKDef peut toucher certaines lignées. Il est donc important de dépister les reproducteurs pour cette maladie.

Maladies du Maine Coon

La santé du Maine Coon peut être altérée par un certain nombre de pathologies, généralement d’origine génétique.

– La HCM (ou CMH) : il s’agit de la cardiomyopathie hypertrophique, une maladie génétique mortelle provoquant un épaississement du muscle cardiaque.

– La PKD (ou PKR), ou polykystose rénale, est une maladie génétique touchant les reins, des kystes s’y développent (le rythme de croissance est très variable selon les cas). Cela peut provoquer la mort prématurée du chat atteint. Détectable par échographie. Les Maine coons ne sont pas touchés par cette maladie c’est plus la fragilité des chats Persan.

– La SMA, ou atrophie musculaire spinale, est une maladie héréditaire récessive qui entraîne une perte de mobilité de l’arrière train que l’on remarque très tôt chez le chaton. Le gêne incriminé n’a été recensé que dans 5% des prélèvements de Maine Coons porteurs sains. La maladie ne s’exprimant que si deux porteurs sont mariés ensembles, le risque est donc très limité pour cette race. Seules quelques lignées sont concernées. Si un cas est diagnostiqué, un test ADN est à notre disposition.

– La PKDef : ou Déficience en Pyruvate Kinase. c’est une Anémie hémolytique. L’ Absence de l’enzyme pyruvate kinase entraine  une destruction précoce des globules rouges et mene à une anémie plus ou moins grave selon les individus

Symptômes : Léthargie, diarrhée, muqueuses pales, perte d’appétit, perte de poids, jaunisse et trouble du comportement alimentaire
 
Age d’apparition: Variable. Quelques rares cas déclarent une forme sévère précocement. L’anémie peut être modérée et détectable par intermittence. Dans les cas les plus légers, elle peut n’être détectée qu’à un âge avancé.
 
 
 
– La surdité des chats blancs : le gène W, responsable de la couleur blanche de certains chats, peut s’accompagner de surdité, quelle que soit la couleur des yeux.
 
 

 

La HCM du Maine Coon

La cardiomyopathie hypertrophique – HCM, est l’une des principales maladies génétiques qui touchent le Maine Coon. De ce fait, des précautions particulières doivent être prises face à cette pathologie afin d’assurer la bonne santé du chat.

Cas de HCM / cardiomyopathie hypertrophique

Cas de HCM / Cardiomyopathie Hypertrophique avec épaississement du muscle cardiaque

Recommandations pour les dépistages

Il a été mis au point les recommandations suivantes pour la race du Maine Coon. D’autres races bénéficieraient sans doute d’un autre programme, mais pour le moment le programme établi pour le Maine Coon est le seul mis au point par Pawped.

Le premier test CMH devrait être pratiqué sur chaque reproducteur vers l’âge de 1 an, et AVANT qu’il soit utilisé en reproduction. Puis un dépistage annuel est recommandé jusqu’à l’âge de 3 ans. Ensuite, un dernier test devrait être pratiqué à 5 ans. En ce qui concerne les Maine Coons qui ont été très utilisés en reproduction ou qui ont des parents proches affectés par l’HCM, ou qui ont eu un résultat équivoque, il serait prudent de faire un dépistage supplémentaire plus tard, à 7 ou 8 ans. Il s’agit ici d’une recommandation générale, qui doit être adaptée à chaque cas particuliers (augmenter par exemple la fréquence des tests pour les sujets particulièrement à risques).

Recommandations pour l’élevage

– Le dépistage montre un cœur normal : il n’y a pas de restriction d’élevage à observer pour les chats ayant un test CMH négatif et aucun Parent Proche diagnostiqué positif à la CMH.

– Le dépistage est positif, le chat est atteint de CMH : les chats diagnostiqués avec la CMH, quel qu’en soit le degré, ne doivent PAS être utilisés pour la reproduction.

Interprétation des résultats du dépistage ADN de la CMH 1

  • +/+ si l’animal est « normal » donc porteur de la forme normale du gène
  • +/- si l’animal est porteur d’un allèle normal « + » et d’un allèle muté « -« 
  • -/- si l’animal est porteur de deux allèles mutés « -«